Le Magistrat ne vous pardonnera pas votre niaiserie


Nick Fewings

Une femme reçoit un mail de sa Caisse fédérale du crédit mutuel Nord Europe – ou du moins, se présentant comme tel, lui demandant de lui renvoyer ses données bancaires. Plus tard, elle réalise que des sommes sont prélevées sur son compte (6 432,93 euros correspondant à sept opérations d’achat d’un montant de 918,99 euros chacune), elle se tourne donc vers sa caisse, qui l’informe qu’elle n’aurait tout simplement pas du communiquer ses informations personnes à n’importe quelle personne qui lui en fait la demande. La Cour d’Appel de Douai avait demandé le remboursement de la dame qui n’avait pas commis de négligence grave, « dès lors que ce courriel, dépourvu d’anomalies grossières et revêtant l’apparence générale de l’authenticité, avait surpris sa vigilance ». Il comportait notamment le logo de la caisse. La Cour de Cassation n’a pas suivi ce raisonnement, considérant qu’il y avait de « sérieuses irrégularités, de nature à faire douter de sa provenance, telles que l’inexactitude de l’adresse de l’expéditeur et du numéro du contrat mentionné ainsi que la discordance entre les montants réclamés » qui aurait dû éveiller le soupçon chez notre infortunée usagère bancaire.

Elle a donc cassé l’arrêt le 06 juin 2018, renvoyant les parties vers la Cour d’Appel.

#phishing #mailfrauduleux

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags
Pas encore de mots-clés.
Follow Us
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square