Prostitution : quand la communication va trop loin

En cette année 2016 fut débattue à l'assemblée nationale la question de la pénalisation du client des travailleurs et travailleuses du sexe (TDS) , sujet qui a révélé de profondes scissions au sein des féministes, et plus largement de la société française. D'un côté, les "pro-choix" défendent le droit à l'auto détermination des TDS, qui doivent pouvoir choisir quel régime juridique leur semble le plus adapté et le plus protecteur à leur profession. De l'autre, les abolitionnistes défendent la voie pénale comme seule possibilité de parvenir à leur but : mettre un terme définitif à la prostitution. C'est avant tout une question morale qui est au centre de ces débats : peut on considérer qu'une personne qui se prostitue effectue un métier comme un autre? Est-ce moralement acceptable dans notre société?

A cette question morale, l'association le Nid y répond par la négative. Pour eux, les TDS sont toutes esclaves, même si ils et elles sont choisis cette profession, et à leur yeux, une seule réponse peut être permettre de mettre fin à la prostitution : la répression. Leur logique est simple : en pénalisant le client, la loi les dissuade de recourir aux services des TDS, qui se retrouvent donc sans travail, et se donc sans ressources mais très heureux et heureuses d'avoir été libéré-e-s d'un métier moralement réprouvé par la bien-pensance. C'est donc en plein débat sur la pénalisation du client que l'association le Nid a mis en ligne un faux site intitulé "Girls of paradise". Apparemment, il s'agit d'un site d'escort, réel et existant, sauf qu'en entamant une discussion avec une des escort présentée, des photos d'elle défigurées apparaissent, avec un message du Nid : "le système prostitueur encourage les violences faites aux TDS". Ces photos nous ne les montreront pas ici tant elles sont violentes et perturbantes, mais elles figurent toujours sur le site. Une méthode de communication choquante, et c'est bien le but, afin de culpabiliser le client et le décourager à avoir recours aux services d'une ou d'un TDS. Mais ceci est-il légal? Étudions cela... En montrant des personnes défigurées à des fins de communication, le Nid porte atteinte à la dignité humaine, ce qui est sanctionné à l'article 227-24 du Code pénal « Le fait soit de fabriquer, de transporter, de diffuser par quelque moyen que ce soit et quel qu'en soit le support un message à caractère violent ou pornographique ou de nature à porter gravement atteinte à la dignité humaine, soit de faire commerce d'un tel message […] lorsque ce message est susceptible d'être vu ou perçu par un mineur ». Benetton avait déjà été condamné pour avoir ainsi montré des personnes atteintes du sida dont la maladie était "tatouée" sur la peau. Le Nid étant une personne morale, elle se doit de respecter les règles de déontologies publicitaires émises par le Jury de Déontologie et notamment : "1.1 La publicité ne doit pas être susceptible de heurter la sensibilité, choquer ou même provoquer le public en propageant une image de la personne humaine portant atteinte à sa dignité et à la décence. 1.3 3 D’une façon générale, toute représentation dégradante ou humiliante de la personne humaine, explicite ou implicite, est exclue, notamment au travers de qualificatifs, d’attitudes, de postures, de gestes, de sons, etc., attentatoires à la dignité humaine. 3.1 La publicité doit éviter d’induire une idée de soumission ou de dépendance dévalorisant la personne humaine et en particulier les femmes. 3.3 La publicité doit éviter toute scène de violence, directe ou suggérée, et ne pas inciter à la violence, que celle-ci soit morale ou physique. La notion de violence recouvre au minimum l’ensemble des actes illégaux, illicites et répréhensibles visés par la législation en vigueur. La violence directe se traduit par la représentation de l’acte de violence proprement dit ; la violence suggérée s’entend par une ambiance, un contexte voire par le résultat de l’acte de violence ; la violence morale comprend notamment les comportements de domination, le harcèlement (moral et sexuel)." En effet, en matière de communication, tout n'est pas permis, et les publicitaires doivent s'abstenir de choisir des images volontairement choquantes, et attentatoire à la dignité humaine, uniquement dans le but de parvenir à leurs fins. Enfin, le procédé utilisé par le Nid est déloyal, puisqu'ils se font passer pour une véritable agence d'escort, cherchant ainsi à tromper l'utilisateur, ce qui est contraire à l’Article L121-1 du code de la consommation. En effet, la communication se doit d'être loyal, autrement dit, vous devez apparaître sous votre véritable identité, et non sous une identité masquée. A toutes ces remarques, le Nid opposera sans doute l'argument qu'en matière de bonne moralité tous les moyens sont bons, toutefois, il est bon de lui rappeler que certains sont illégaux.

#communicationdéloyale #prostitution #prostituée #sexe #escortgirl #escortboy #atteinteàladignitéhumaine

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags
Pas encore de mots-clés.
Follow Us
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

M'appeler

T : 06 59 01 06 29
F : 01 53 62 05 31

Me suivre

  • Twitter Clean
  • LinkedIn Social Icon

© 2017 par Laura Lardy. Créé avec Wix.com