Les sites chinois : du rêve au cauchemar

Par le miracle de la publicité ciblée, vous avez très vraisemblablement du voir toutes ces publicités alléchantes pour des vêtements tendances, à des tarifs défiant toute concurrence : des robes à moins de 15€, portées (sur les photos) par des célébrités comme Kim Kardashian, Katy Perry ou encore Beyonce. Ces sites, au nom encore peu connus comme Zaful, SammyDress, DressLily, RoseGal, RoseWe, TideBuy, Choies, ou encore RomWe rassemblent pourtant des milliers voir des millions de mention « j'aime » sur Facebook.

Trop beau pour être vrai ? Si les photographies flatteuses des mannequins montrent des vêtements taillés sur mesure, aux coupes impeccable, la réalité est toute autre et lors du déballage du colis, c’est la déception. Les vêtements sont grossiers, importables, et ne ressemblent en rien, à l’original. Ou, du moins, cela ressemble à l’original, après que celui-ci soit passé à la déchiqueteuse.

Qui sont derrière ces arnaques du e-commerce ? Même si les prix publiés sur ces sites paraissent tout petit, les sommes amassée par ces marques n’ont rien de ridicules. Selon le site BuzzFeed News, 8 de ces marques seraient apparentées au même groupe qui aurait vendu pour plus de 200 millions de dollar de produit en 2014 la ShenZhen Global Egrow E-Commerce Co., ou Global Egrow.

Quelles sont leurs méthodes ? Utilisant des images volées, faisant de la publicité agressives, s’octroyant des faux labels ressemblant à ceux de Norton Security ou de Paypal, ces sites cumulent consciencieusement toutes les infractions au droit français (qu’ils doivent respecter dès lors qu’ils ciblent le public français, via leur publicité, ou par l’usage de la langue française) : publicité déloyale, trompeuse, non-conformité du bien avec le produit commandé, vices cachés, utilisation aléatoire de la langue française, contrefaçon de droit d’auteur, impossibilité de mettre en œuvre son droit de rétractation et même atteinte au droit à l’image. En effet, certaines personnalité du net, et notamment une vedette d’Instagram : Pascale Rowe, que l’on peut retrouver sous le nom de @MsBlingMiami a vu ses photographies être réutilisées par ces sites, sans son autorisation, égratignant au passage sa réputation, puisque ces fans ont cru qu’elle collaborait intentionnellement avec les sites incriminés. Elle a donc été contrainte d’envoyer un message à ces compagnies : « cessez de dire aux gens que je me suis habillée chez vous, car le résultat serait totalement différent une fois acheté. C’est de la publicité mensongère ».

Les consommateurs et consommatrices tentent d’avertir les futur.e.s victimes de ces fraudes en postant des photographies, articles de leurs déboires. Mais c’est également la responsabilité de Facebook qui peut être recherchée, qui en tant qu’hébergeur de contenu a l’interdiction de relayer des contenus manifestement illégaux. Cependant, le temps qu’une action aboutisse du côté de Facebook, de nouvelles publicités sont émises via de nouveaux profils, ce qui rend la tâche pistages de ces sites d’escroc plus ardu. Facebook a déclaré à ce propos : « nous prenons en considération et avec sérieux les atteintes au droit de propriété intellectuelle et nous œuvrons à retirer ces images le plus rapidement possible quant elles nous sont signalées ». Cependant, devant l’ampleur des plaintes déposées sur Facebook, il serait temps que l’hébergeur réagisse et mette en place de réelles mesures permettant d’éviter et de filtrer ces dépôts publicitaires. Source : BuzzFeed [if !supportLineBreakNewLine] [endif]

#Zaful #SammyDress #DressLily #RoseGal #RoseWe #TideBuy #Choies #RomWe #arnaque #facebook

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags